Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Vladivostok’

Les choses se sont un peu précipitée à Vladivostok, d’où ce petit temps avant de donner des nouvelles, dans un post un peu long, mais important.

Arrivée à Vladivostok, le bout de la route / Arrival in Vladivostok, the end of the road

Mélusine est arrivée à Vladivostok après avoir roulé plusieurs jours de suite dix heures par jour pour rattraper le temps et arriver à bonne date pour le ferry et sortir de Russie avant la fin de son Visa. Vladivostok à été un vrai soulagement. Après être partis de Paris (bon pas tout à fait au bord de l’Atlantique mais pas loin…) la moto et son pilote se trouvait bloquée par la mer de Japon, le bout de la route !

Le réseau motard est très développé dans ces régions de Russie avec une vrai solidarité entre eux. Quelque jour auparavant, elle avait du s’arrêter dans un garage pour acheter de nouvelles bougies, et le garagiste, motard, avait appelé des amis à Vladivostok. C’est donc un couple de ce réseau de motard qui l’a accueilli dans la capitale de l’est. Il était déjà près de 23h00, et il restait à Mélusine à déplacer sa moto du point de rendez-vous avec ce couple, au centre ville, jusqu’à leur habitation en périphérie. Malheureusement, le régime Vodka un peu trop habituel ne convient pas à tous le monde et sur la route un chauffard ébriété lui a soudain coupé la route, obligeant Mélusine à se

Entrée de Vladivostock / Entering Vladivostock

jeter sur le bas côté, assez profond, pour l’éviter. La moto n’était plus toute jeune, et quelques pièces n’attendaient que Vladivostok et un fossé trop profond pour dire à Mélusine qu’elles avaient déjà bien fait leurs travail. La suspension centrale « mongole » a cassé net, ainsi que le silentbloc, le moyeu arrière à prit un coup et le choc a du bouger ce qui tenait en équilibre dans le moteur qui n’a plus voulu redémarrer.

C’est donc tractée qu’elle a pu rejoindre la maison de ses amis, par un chauffard contrit presque dessoulé.

Au petit matin la police venue pour faire le point sur l’accident a confirmer à Mélusine qu’elle devait bien quitter la Russie et ne pouvait rien faire pour prolonger son visa. Par contre elle voulait garder la moto comme pièce à conviction.

Mais la lumière permettait surtout de faire un vrai état des lieux des réparations à effectuer. Rien d’insoluble… Mais du temps, des pièces à trouver et des réparations sur des réparations qui commençait à fragiliser l’ensemble. Une Varadero 125 est solide, très solide, mais a aussi ses limites, et Mélusine a bien senti qu’avec le temps impartis, les problèmes policiers les réparations devenaient totalement aléatoire. Elle avait aussi le sentiment que sa brave moto était arrivée au bout du chemin : elle l’avait amenée jusque là, à Vladivostok, au porte du Japon, avant de lui dire qu’elle était arrivé au bout de la route. Et la police ne voulait vraiment pas la lâcher.

Après avoir parcouru près de 140’000 km (plus de 3 fois le tour de la terre), 21’000 km pour cette expédition dont 5’000 de piste et routes défoncées,

Good-bye Sweet heart

Mélusine a décidé de dire au revoir à sa Varadero ! Une décision logique, mais malgré tout difficile après un tel parcours. Il a fallu un moment pour parvenir à lui dire Adieu…

Elle a dès lors juste eu le temps de trouver un billet pour le Japon et faire des papiers pour donner sa moto au couple de motard une fois l’investigation terminée. Elle ne roule aujourd’hui plus, mais Mélusine ne doute pas qu’après être passée dans les mains de ce bricoleur, elle repartira pour une nouvelle vie et fera le bonheur de quelqu’un. Elle a l’impression de rendre un peu de ce que tant de monde lui a donné le long de la route.

Mélusine vient donc, un peu dans la précipitation, d’arriver au Japon. Sans la moto, c’est vrai, mais c’est tout de même elle qui l’aura conduit jusque là.

Le voyage n’en est pas tout à fait terminé pour autant ! Il y a beaucoup à raconter sur ces derniers jours, ce que ne manquera pas de faire Mélusine prochainement (avec les images de la chèvre….!) Et il reste 15 jours durant lesquelles elle va visiter le Japon, le but malgré tout de ce voyage.

Et surtout, Honda Corp. lui a proposé de lui faire visiter son usine de Kumamoto, dans le sud, sur l’ile de Kyushu. Quelque chose de rare qu’elle fera avec grand plaisir.

Et comme toujours… Déjà les projets germent. Le voyage se termine pour qu’un nouveau puisse commencer. Et si on rentrait par l’Asie du Sud. Et si on traversait l’Orient. Et si…

Things got rather hectic in Vladivostok, hence this short delay before giving news. This article is a bit long but very important.

Mélusine arrived in Vladivostok after driving several days some 10 hours a day so as to compensate for the two lost days, arrive on time for the ferry and leave Russia before her visa expired. Reaching Vladivostok as true relief. After leaving Paris (OK it isn’t close to the Atlantic but it isn’t that far either…) the bike and her pilot had the Japan sea as end of the road!

Bikers networks are extended in these parts of Russia with and solidarity is their name. A few days ago, she had to stop at a garage to buy new spark plugs and the mechanic, a biker, called friends in Vladivostok. A couple of this network welcomed her in this eastern capital. It was nearly 23:00 and all Mélusine had to do was drive from the centre of town to their home in the suburbs. Unfortunately, vodka is not a good friend to all and a drunk driver suddenly cut the road, forcing Mélusine to throw herself on the side which was deep enough to avoid him.

The bike being old and a few parts were only waiting for Vladivostok and a deep gully to tell Mélusine they’d done all they could. The Mongol suspension broke as well as the silence block, the back hub took a blow too which shifted something in the engine as it refused to start again.

The bike was pulled at the friends’s house by the remorseful driver who was less drunk.

In the morning the police came to take the complaint and confirm to Mélusine that she had to leave Russia. They could do nothing to prolong it and they wanted to keep the bike as evidence.

Daylight though showed all that needed repairing. Nothing impossible… given time. Parts to find, repairs on repairs… A Varadero 125 is sturdy, very sturdy even, but it has its limits and Mélusine felt that in the time she had left, the problems with the police and the repairs that needed to be done all this was getting out of hand. She also felt that her brave bike had reach the end. She had taken her that far and had waited to reach Vladivostok, gates to Japan, to say it was the end of the road for her. And the police categorically refused to let go of her.

After having travelled together nearly 140 000 km (more than 3 times the circle of the earth), 21 000 km for this expedition, 5 000 of which on rutted tracks,

Mélusine decided to say good by to her Varadero. A logical decision but so difficult to take after such a ride. Good byes were long and painful….

After that Mélusine had barely time to get a ticket for Japan and draw the papers for the bike to be given to the couple when the police will release it. She cannot run anymore but Mélusine has no doubt that once under the hands of a passionate she will roll again and will make someone else happy. Mélusine feels it is a small gesture to give back a little to all those who gave her so much on the way.

Even if it was a bit hectic, Mélusine has just arrived in Japan. Without the bike but it was she who drove Mélusine all the way to where she is now. A lot still remains to be told about these last few days and Mélusine will no doubt share all this with us (more goat pictures please….!). And there are still 15 days to visit Japan which was one of the aims of this trip.

More over, Honda Corp. has offered that she visits their factory in Kumamoto, located in the South on the island of Kyushu. This is an exceptional invitation and Mélusine will go with real pleasure.

As always… New ideas of projects come to life. A journey ends allowing another to begin. What if we came back via South Asia… What if we crossed the Orient… What if…

Publicités

Read Full Post »

Il est minuit dans l’orient Russe lorsque Mélusine nous a envoyé un SMS : La voilà arrivée à Vladivostok ! Visiblement les deux derniers jours ont été épique, mais le résultat est là. elle vient de terminer la traversée intégrale du continent Asiatique. Sa moto Varadero 125 l’aura bien conduit jusqu’au Japon puisque, maintenant seul la mer du Japon la sépare de son but final. Demain, sans doute plus de nouvelle ! BRAVO à la conductrice et sa moto.

Trajet final jusqu'à Vladovostok

Read Full Post »