Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Ulan-Batoor’

Rouler en Mongolie c est comme créer son chemin. C’est la première fois dans ma vie de motarde que je peux créer ma route. Il y a souvent une piste principale et autour se

Restoroute local / Local restplace

mêlent  et s’emmêlent une dizaine d’autres. C’est un sentiment paniquant au début, de quitter le confort et la simplicité d une route toute tracée, mais on s’habitue vite à essayer de trouve le meilleur terrain pour la moto et zigzaguer d une piste à l’autre et voir même la quitter totalement. On se sent libre d’aller où l’on veut, dans tous les sens du terme. Bien sur cette liberté a un prix : boue, sable, graviers, morceaux de verre (les mongole boivent beaucoup et balancent leurs bouteilles de vodka un peu partout) creux et bosses… mais les paysages sont magnifiques, on croirait rouler dans un film dont on est le héro. Cela semble parfois irréel.

Dans ces pistes très dure, j’ai donc malheureusement cassé ma suspension et du coup se fut presque un bonheur de retrouver de l’asphalte a 300km d’Ulan Batoor après avoir roule pendant 300km sur des pistes avec un ressort ressoudé de manière artisanale (mais qui tient toujours, comme quoi).

Je suis maintenant a Oulan Batoor dans un repaire de voyageurs motorisé, et je vais faire un peu le point sur ma moto et lui donner un peu de repos, elle en a besoin. Moi aussi en fait.

Ensuite… La guerre au visa Russe pour la toute dernière étape de mon voyage avant le Japon. J’aurai du coup le temps de faire un petit bilan de ces derniers jours très riche en Mongolie.  A suivre donc…

To drive in Mongolia is like tracing your own tracks. It is the first time in my biker’s life that I can do that. Of course there is often a main track but around it several dozen others intertwine.

It is very worrying at first to leave the comfort and ease of a fairly visible road but you soon get the hang of trying to find the best terrain for the bike and to switch track even if this means leaving the main road. You are absolutely free to literally travel anywhere you want. This freedom has a price though : mud, sand, gravel, glass (Mongols have the habit of drinking lots and throwing their vodka bottles here and there), hollows and bumps… But the scenery is so beautiful, it feels like being the hero of a road movie. A little surreal at times.

I broke the suspension on these very difficult tracks so it was almost a blessing after driving 300 km on this terrain with a home welded giant spring to find tarmac again, 300 km from Ulan Bator (the welding holds fast, so who is to complain…)

I am now in Ulan Bator in a guest house full of motorised travellers. I’m going to check the bike over and give it a little rest. She deserves it and so do I as a matter of fact.

Then… Back on the hunt for the Russian visa and the last stretch before Japan. I will have time to write a few things about these last few days in Mogolia which have been very rich. To be continued…

Trajet effectué et ce qu'il reste à faire... / Track covered and what remains to cover...

GP sur trajet des dernières semaines / GP on strech covered over the last weeks

Publicités

Read Full Post »