Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Réparation’

Rouler en Mongolie c est comme créer son chemin. C’est la première fois dans ma vie de motarde que je peux créer ma route. Il y a souvent une piste principale et autour se

Restoroute local / Local restplace

mêlent  et s’emmêlent une dizaine d’autres. C’est un sentiment paniquant au début, de quitter le confort et la simplicité d une route toute tracée, mais on s’habitue vite à essayer de trouve le meilleur terrain pour la moto et zigzaguer d une piste à l’autre et voir même la quitter totalement. On se sent libre d’aller où l’on veut, dans tous les sens du terme. Bien sur cette liberté a un prix : boue, sable, graviers, morceaux de verre (les mongole boivent beaucoup et balancent leurs bouteilles de vodka un peu partout) creux et bosses… mais les paysages sont magnifiques, on croirait rouler dans un film dont on est le héro. Cela semble parfois irréel.

Dans ces pistes très dure, j’ai donc malheureusement cassé ma suspension et du coup se fut presque un bonheur de retrouver de l’asphalte a 300km d’Ulan Batoor après avoir roule pendant 300km sur des pistes avec un ressort ressoudé de manière artisanale (mais qui tient toujours, comme quoi).

Je suis maintenant a Oulan Batoor dans un repaire de voyageurs motorisé, et je vais faire un peu le point sur ma moto et lui donner un peu de repos, elle en a besoin. Moi aussi en fait.

Ensuite… La guerre au visa Russe pour la toute dernière étape de mon voyage avant le Japon. J’aurai du coup le temps de faire un petit bilan de ces derniers jours très riche en Mongolie.  A suivre donc…

To drive in Mongolia is like tracing your own tracks. It is the first time in my biker’s life that I can do that. Of course there is often a main track but around it several dozen others intertwine.

It is very worrying at first to leave the comfort and ease of a fairly visible road but you soon get the hang of trying to find the best terrain for the bike and to switch track even if this means leaving the main road. You are absolutely free to literally travel anywhere you want. This freedom has a price though : mud, sand, gravel, glass (Mongols have the habit of drinking lots and throwing their vodka bottles here and there), hollows and bumps… But the scenery is so beautiful, it feels like being the hero of a road movie. A little surreal at times.

I broke the suspension on these very difficult tracks so it was almost a blessing after driving 300 km on this terrain with a home welded giant spring to find tarmac again, 300 km from Ulan Bator (the welding holds fast, so who is to complain…)

I am now in Ulan Bator in a guest house full of motorised travellers. I’m going to check the bike over and give it a little rest. She deserves it and so do I as a matter of fact.

Then… Back on the hunt for the Russian visa and the last stretch before Japan. I will have time to write a few things about these last few days in Mogolia which have been very rich. To be continued…

Trajet effectué et ce qu'il reste à faire... / Track covered and what remains to cover...

GP sur trajet des dernières semaines / GP on strech covered over the last weeks

Publicités

Read Full Post »

Route au Kazakhstan / Kazakhstan's road

Tachkent est une ville unique ou se côtoient et se mélangent nombres de peuples, Ouzbek, Kazakh, Tadjik, Ouigour, Chinois, Russe et j en passe… les visages sont tous différents, les looks aussi.

Certains adopte le style occidental, jean, t-shirt, mini short voir talon haut, d’autre sont plus traditionnel, avec leur petite toques pour les hommes et les foulard pour les femmes.

Le président de ce pays police le pays et sa ville et donne le ton. la rue est nettoyée de tous ceux qui voudrait zoner, les rues sont propres (a l’échelle du pays). Certains sites internet sont inaccessible ici comme la BBC (ce qui est ridicule puisque l’on peut la regarder a la télé)

Chaque matin et chaque soir sur le chemin qui conduit le président de sa maison à son bureau un policier est posté tous les 50m et hors de question de stationner tant qu’il n est pas passé. Les motos sont d ailleurs interdites dans le centre suite a un attentat en scooteur il y a quelques années. Les policiers sont  cependant assez tolérants et je suis passé dans le centre bien des fois sans que l’on me dise quoique ce soit.

Les femmes semblent libres mais la loi veut que si une femme voyage il faut qu’elle aie l autorisation de son maris, heureusement cela ne concerne pas les étrangers.

La France est la risée du monde entier. Quand je dis que je suis française, une fois sur deux la réponse est « ah oui la France vous avez été vraiment nul au mondial ! » Heureusement il nous reste Alain Delon et Zinedine Zidane.

Je suis maintenant retournée au Kazakhstan pour ma seconde et dernière étape dans ce pays. Une chaîne de montagne surgissant soudainement du sol offre une barrière naturelle entre le Kirghizstan et le Kazakhstan. D’un coté la plaine immense et plate et de l’autre la montagne majestueuse saupoudrée de neige offrent un beau contraste. Il fait déjà un peu plus frais ici, c’est agréable. Direction la Russie puis la Mongolie, après quelques réparation à Almaty ! Les 13000 kilomètres parcourus dont les 5000 derniers kilomètres sur des routes en terre poussiéreuses commencent à se faire sentir, mais ma chère moto tient bon. Une bonne révision et le changement des freins arrières qui ont éclatés devraient lui redonner la fougue nécessaire pour poursuivre…

Tashkent is a fabulously unique melting pot mixing people from every horizons: Uzbeks, Kazakhs, Tadjiks, Ouigour, Chinese, Russians etc… Faces are very different and so are the looks. Some have gone occidental with jeans, T-shits, mini-shorts and high heels, others prefer the traditional attire with a little fur toque for men and head scarves for women.

The president of this country forces discipline and Tashkent mirrors it. Streets are wiped of anyone tempted to stand there doing nothing and are are clean (in the Uzbek sens). Some website are censored here, such as the BBC website (which you can watch on TV anyway).

Every morning and every evening, on the route between the President’s house and his office, you see a policeman standing every 50 metres and you are not allowed to park until the President has driven by. Bikes are not authorized in the town centre following a bomb attack by scooter some years ago. Policemen are rather tolerant though as I crossed the centre several times and none stopped me.

Women seem free to go about but the law requires that they carry a written authorization from their husband when they travel alone. This law does not apply to foreigners.

France is a joke to the world. When I say I am French, I am told every other time that we were total crap at the World Cup. Fortunately we still have Alain Delon and Zinedine Zidane.

I am now back in Kazakhstan for my second and last stretch in this country. A chain of mountains appearing brutally traces the frontier between the Kirghizstan and Kazakhstan. On one side the immense flatness of the plain and on the other a majestic mountain sprinkled with snow create a fantastic contrast. It is cooler here and pleasant. And now for Russia then Mongolia after a stop to repair in Almaty! 13000 km, the last 5000 of which dusty tracks have brought their lot of wear but my dear bike takes the strain well. A good check over, and changing the back breaks which tore two weeks earlier should give her the necessary boost to carry on…

Opéra de Tashkent

Read Full Post »

Sur la route / On the road - Kazakhstan

Niet benzine, je l’aurai souvent entendu cette phrase. Il faut avoir de la chance pour tomber sur une station service approvisionnée sans ses 20 voitures qui attendent le précieux liquide. Les banques qui fonctionnent sont rares, les Atm inexistants  mais trouver quelqu’un pour échanger quelques dollars est facile. IL faut attendre d’être a Tachkent pour que les choses matérielles soient plus faciles.

Ensuite il y a le fameux enregistrement auquel tout bon touriste est soumit. Ils devra justifier à la sortie de ses nuits passées sur le sol Ouzbek. Comme c’est beaucoup de paperasse et de désagréments, les hôtels bon marché sont réservés aux locaux et il arrive souvent de se retrouver devant un hôtel qui refuse les touristes.
Le point positif de tout cela est que la population est charmante, curieuse et tellement serviable. Cela fait

Restoroute en Ouzbekistan

oublier tous les désagréments de la vie. J’entend « At kouda » ( d’où viens-tu?) 100 fois par jour et je répond de mon mieux aux gens qui viennent naturellement vers moi. On peut laisser nos affaires sur la moto avec tranquillité le vol ne semble pas trop en cours par ici.
Samarkand et Boukhara sont des joyaux de l’Islam avec leurs dômes turquoise en céramiques et leurs mosaïques fleuries. Ils avaient vraiment le sens de la géométrie de l’équilibre. Cela devait être grandiose pour les caravanes, après des semaines de marche dans le désert, de trouver ces oasis avec ces merveilles architecturales surgissant du sol…

Déjeuner en Russie / Lunch in Russia

Ma « caravane » moto aimerait repartir assez vite de Tachkent maintenant, mais elle est retenue par des contraintes administratives de visa et de douane. Patience et repos sont donc au programme, ce qui parfois n’est pas plus mal.

« Niet benzine » is something I have often heard. Takes luck to fall on a petrol station which petrol and without a queue of 20 cars waiting for the precious liquid. Open banks are also a rarity not to speak of holes in the wall but you can easily find someone who’ll change a few dollars for you. Had to wait until I was in Tashkent for these things to become more mundane.

Then, as any regular tourist, you must register for when you leave Ouzbekistan you have to justify where you spent your nights. As it takes a lot of paperwork and problems, cheap hotels are for nationals only and you often find yourself at the door of a hotel refusing tourists.

The positive point is that the people are really charming, curious about you and truly helpful.

This helps you forget all the annoying other things. I hear « At kouda? » (where do you come from? » at least a 100 times a day and answer as best as I can to those who ask me. You can leave all your gear on the bike. Theft does not seem a habit here.

Samarkand and Boukarah are the jewels of Islam with their turquoise domes and flowery mosaics. They really had a feel for geometry and balance. After weeks of treading the desert, it must have been a staggering thing for caravans to see these oasis with such architectural wonders stand out of nowhere…

My « bike » caravan is anxious to leave Tashkent as soon as possible now but visa and customs paperwork keep us grounded. Patience and rest are therefore the rule for the moment and it might not be such a bad thing.

Igor,melu,Igor,Volker... ils m'ont bien aidé / They helped me a lot

Read Full Post »